Vie quotidienne

La fourrière canine

Nos amis les chiens

 

  Bien qu'ayant recensé peu de cas de chien errant, ou en état de divagation, la loi oblige le Maire de chaque commune à la gestion de ces animaux. Un chien, abandonné, qui s'est enfui ou s'est perdu peut être la cause d'accident en tout genre. C'est souvent un animal qui a perdu ses repères, il peut représenter un danger et être lui-même en danger. Afin de respecter la loi et par souci de sécurité des concitoyens, la collectivité a signé une convention de service public pour la gestion de fourrière canine avec la société ANIMAL'OR.

En partenariat avec un refuge, celui-ci prend en charge les chiens abandonnés par leur propriétaire. Cette structure, qui exerce déjà sur 56 communes, avant la signature avec la Communauté de Communes, dénombre fort heureusement peu de chien euthanasié, moins de cinq pour l'année 2014.

 

La convention a pris effet le 1er septembre 2015, pour une durée de cinq années, durant lesquelles la société ANIMAL'OR va donc exercer, sur le territoire, les prestations suivantes :

  • La capture et la prise en charge des chiens errants 24h sur 24 et 7 jours sur 7,
  • La recherche des propriétaires, l'adoption des chiens et le cas échéant l'euthanasie des chiens,
  • La capture, la prise en charge et l'enlèvement en urgence des chiens dangeureux,
  • La prise en charge des animaux blessés et le transport vers la clinique vétérinaire partenaire,
  • Le ramassage des animaux morts dont le poids n'excède pas 40 kg et leur prise en charge,
  • La gestion du Centre Animalier (fourrière animale),
  • Des informations en temps réel sur l'activité de la fourrière.

En contrepartie de ce service, la communauté de communes s'engage à verser une participation annuelle de 0.56 € TTC par habitant, à ANIMAL'OR. Les autres frais (capture, gardiennage, soins...) sont à la charge du propriétaire du chien.

 

" Face à un chien errant ou en état de divagation je fais acte de civisme"

Toute personne découvrant un chien errant ou en divagation, selon l'aticle L211-23 du code rural, est invité à le signaler à la Mairie pour que le néceessire soit fait. En aucun cas, il convient de contacter soi-même un service de fourrière.

 

" Comment récupérer mon ami à quatre pattes !"

Il suffit de prendre rendez-vous auprès de la structure et de présenter les documents justifiant être le propriétaire de l'animal. Il faudra bien évidement s'acquitter des frais de capture, d'hébergement, d'identification et tout autre acte vétérinaire pratiqué pour le bien de votre compagnon lors de son séjour.

Tableau tarifaire PS fourrière Il est possible de consulter la convention dans chaque mairie ou à la Communauté de Communes.

 

"Animal errant ou en état de divagation c'est quoi"

Un chien errant : est un chien qui vit sans domicile parce qu'il n'appartient à personne ou parce que le lien avec son maître est cassé, par fugue ou abandon ou parce que son maitre est décédé. Le chien errant est, en général, rapidement sorti de son état de vagabond, soit par un humain de rencontre qui le recueille et l'adopte, soit par des spécialistes chargés de la capture des animaux errants et de leur prise en charge ultérieure. Mais les chiens errants, depuis un certain temps se sont habitués, autant que faire se peut, à leur nouvelle vie. Leur comportement à l'égard de l'homme dépend pour une part du degré de dépendance alimentaire et des relations qu'ils ont pu entretenir individuellement lors des dépôts de nourriture qu'ils fréquentent.

Un chien en divagation : est considéré comme en tel tout chien qui, en dehors d'une action de chasse, de la garde ou de la protection d'un troupeau, n'est plus sous la surveillance effective de son maître, se trouve hors de portée de voix de celui-ci ou de tout instrument sonore permettant son rappel, ou qui est éloigné de son propriétaire ou de la personne qui en est responsable d'une distance dépassant 100 mètres. Est par ailleurs en état de divagation, tout chien abandonné livré à son seul instinct, sauf s'il participait à une action de chasse et qu'il est démontré que son propriétaire ne s'est pas abstenu de tout entreprendre pour le retrouver et le récupérer, y compris après la fin de l'action de chasse.


La convention